Être une star du travail à distance

Croyons-le ou non, nous ne sommes pas toutes égales devant le télétravail, mais nous pouvons le devenir! Que ce soit suite à nos expériences de digital nomads, en start-up, en tant que freelance ou suite à la pandémie, être une star du travail à distance s’apprend parfois à nos dépends.

Si c’est votre première fois, on le reconnaît, travailler à distance, sans cadre, dans notre espace personnel ou un espace qu’on aurait volontiers alloué aux loisirs, peut s’avérer perturbant. Certaines déplorent la rupture du lien social, esseulée derrière leur ordinateur, d’autres ont du mal à se concentrer, d’autres encore bataillent avec les outils numériques.

Changeons de perspective ! L’atout évident du télétravail est la flexibilité qu’il apporte, dans nos emplois du temps, dans le format de nos journées de travail, dans notre gestion de l’espace ainsi que dans les interactions propices à mener à bien nos projets. Le télétravail peut être une opportunité, et même la clé pour un meilleur équilibre de vie !

Voyons comment nous sentir connectées, efficaces et épanouies tout en travaillant de n’importe où !

  • Le contact humain

Si vous travaillez loin de vos collègues ou de vos associées, vous ressentez peut-être le manque de contact humain. Les regards, les à-côtés, la blague en direct ou la pause tisane. Comment se sentir faire partie d’un projet commun quand on en est loin? La règle numéro 1 est de ne pas sur-interpréter un message sans emoji ou l’absence de message (comme dans nos relations personnelles!). Les messages à distance ont tendance à paraître plus abrupts alors ne nous formalisons pas !

Les outils comme Slack pour chatter en direct et partager des informations instantanément sont très utiles mais n’oubliez pas la valeur de la voix ou des appels video pour percevoir un semblant de chaleur humaine et couper court à toutes nos interprétations quant au ton employé par notre interlocuteur! Avoir la liberté du format – la liberté de marcher pendant un coup de fil, de changer son décor tout en profitant du soleil – est un luxe non négligeable (jetez un oeil à la suite Angage à cet effet!). Quitte à créer du lien, n’oublions pas de demander à nos interlocuteurs comment ils vont !

  • Une organisation optimisée

Être une star du travail à distance demande une organisation optimisée avec un ordre du jour partagé, une communication claire et des deadlines bien établies pour que les différentes parties prenantes soient au courant de ce qui est en cours et puissent le suivre en temps réel (y compris si les parties prenantes sont toi et toi-même). Le point le plus important est de s’assurer que l’information circule, qu’il n’y aie pas de rétention d’information qui risquerait de bloquer la bonne réalisation des projets !

  • Le bien-être avant tout

Changer d’espace entre le lieu de travail et le lieu des loisirs est une méthode tout à fait valable pour créer un cadre autour du contexte de travail. Certes, pendant le confinement, il était difficile de compartimenter ces espaces, mais changer de pièce ou dédier un coin spécifique au travail peut s’avérer utile. Cela permet d’allouer un lieu et un temps au travail pour que celui-ci n’empiète pas sur nos vies personnelles, ce qui est déjà souvent le cas dans l’aventure entrepreneuriale. Celles qui avaient l’habitude du bureau trouvent peut-être leur installation à distance spartiate.

La bonne nouvelle, c’est qu’on choisit son propre décor! Assurez-vous que votre ordinateur soit à la bonne hauteur, que votre dos soit droit et que votre posture soit confortable. Vous pouvez même travailler debout après tout. Le bien-être avant tout! Certaines se mettent même des rappels pour boire de l’eau ou aller aux toilettes, pas bête !

  • La procrastination

L’écueil de la procrastination rôde parfois lorsqu’on travaille à distance. Le meilleur moyen de le court-circuiter est de se fixer une routine et des objectifs clairs. Cela commence par un réveil fixe, s’habiller pour se mettre en conditions, une pause déjeuner, idéalement un moment pour bouger son corps et une fin de journée définie. Commencer sa journée comme une page blanche peut parfois être déroutant – ou exaltant pour celles qui trouvent l’océan des possibles enthousiasmant! Quoi qu’il en soit, préparez la veille ou les jours qui précèdent quelques points dans votre agenda, pour guider votre journée, pour vous auto-assigner des tâches, évaluez en amont le temps que celles-ci peuvent prendre et pourquoi pas laissez des plages libres destinées à exprimer votre créativité (les “missions” d’ordre personnel ont aussi leur place dans cet agenda).

  • Communiquez

En étant à distance, nous sentons parfois le besoin de prouver que nous travaillons effectivement, donc on redouble d’efforts et de communication en ce sens. Tant mieux si en fin de compte nous sommes d’autant plus efficaces à distance, mais veillons aussi à ne pas nous épuiser par ces pirouettes du “faire” et du “faire savoir”. D’ailleurs, cela parait peut être évident mais pour s’assurer que nos réunions à distance se déroulent bien, la recommandation principale est d’abord de vérifier qu’on sait se servir de l’outil de communication utilisé, dans un endroit calme, sans dérangement et surtout respecter les tours de parole ! En tout cas, il est permis et meme recommandé de papoter avec les collègues, associées ou autres parties prenantes de vos projets via les outils digitaux, ils ne sont pas uniquement là pour votre rude labeur.

Ca y est, votre journée de travail est terminée ? Pourquoi ne pas organiser un apéro virtuel ? Si vous vous sentez plutôt de vous éloigner des écrans, sortez marcher ou trouvez un moyen de sociabiliser. Si les circonstances le permettent, rejoignez vos amies! C’est cela, être une star du travail à distance !


Comment financer son business

Ca y est ! Vous avez cette idée de business en or. Cette idée suffisamment entêtante pour vous convaincre de vous jeter à l’eau. Et vous avez aussi ce business plan rodé qui va vous permettre de transformer cette idée en réalité et en revenu !
Mais pour décoller, vous vous dites que votre business a besoin d’apports financiers…et cela implique la plupart du temps de demander cet argent. Aïe aïe aïe… Notre joyeux combo de timidité, de honte, de syndrome de l’imposteur s’évertue à vouloir nous bloquer dans cette tâche. Mais si c’est un sacré défi, le jeu peut en valoir la chandelle ! Vous vous demandez “comment vais-je financer mon business ?”

Au lieu de se dire que parler d’argent est tabou, recentrez-vous sur votre projet et demandez-vous en quoi l’implication d’investisseurs représente un réelle opportunité pour eux. Parce que votre projet a du sens, parce qu’il est unique, parce qu’il est innovant, parce qu’il répond a un besoin avéré et/ou parce qu’il est sans doute profitable. Savoir où vous voulez aller avec votre business est la condition sine qua none pour aborder des investisseurs, quels qu’ils soient.

Vous avez plusieurs options pour financer votre business, selon vos moyens, vos ambitions et votre type de projet…

  • L’auto-financement 

Beaucoup d’entrepreneurs lancent leurs business avec leur propre argent, sans emprunt, sans investisseurs. C’est souvent ce qu’il se passe pendant la phase où l’on dessine les contours du business et que l’on fait les premiers tests et ajustements. Il est parfois difficile de convaincre des investisseurs avant d’avoir fait ses preuves, d’où des débuts régulièrement auto-financés. Les business qui s’auto-financent, sont, comme le mot l’indique, autonomes et ne dépendent pas en conséquence du contrôle des investisseurs si personne d’autre ne détient de parts – donc de pouvoir de décision – dans la société ! Mais cela implique d’avoir des économies. Il est recommandé de mettre de côté l’équivalent de 2 ans de salaire, ce qui correspond au temps que prend en moyenne un business pour prendre de l’ampleur.

La bonne nouvelle, c’est qu’aujourd’hui, le coût de création d’un business est bien moindre qu’il y a 10 ou 20 ans, grâce en partie à internet, une multitude de logiciels en libre-service et aux co-working spaces… Il existe également des subventions à la création d’entreprise, nationales, régionales ou locales, et vous n’êtes dans ce cas pas redevables. Il y a aussi des subventions privées ou des concours organisés par des entreprises et des incubateurs. En définitive, l’auto-financement est souvent plus pertinent dans le cas d’un commerce qui promet de générer de la liquidité rapidement à son ouverture. En revanche, si votre but est d’atteindre des dizaines de millions de revenu, il est rare que cet unique mode de financement suffise, même dans le secteur numérique !

Quelles autres sources de financement considérer alors ?

  • Le crowdfunding

Vous avez sans doute reçu une ribambelle d’invitations à des campagnes de crowdfunding d’amis ou d’amis d’amis d’amis. Le crowdfunding est à la mode et d’ailleurs, les analyses des sites de crowdfunding (Gofundme, Kickstarter, Kisskissbankbank, Ulule) montrent que les projets féminins avaient particulièrement le vent en poupe.

Comment ça marche? Sur les sites préalablement cites, il vous suffit de créer une campagne pour votre projet en offrant des avantages en nature selon l’ampleur de la donation. Plus un internaute soutient financièrement le projet, plus le cadeau associé à sa donation est avantageux. Ce format est pertinent si l’on propose des produits ou des services aux consommateurs directs. En effet, cela permet de construire et de connecter avec une audience qui attend la concrétisation du projet avec impatience. Le bon côté de proposer des cadeaux en échange du financement – au lieu de parts – est que vous gardez votre indépendance stratégique et financière !

Mais il existe aussi du crowdfunding en actions comme chez Seedrs qui permet de faire acquérir des parts de votre société à une multitude d’investisseurs. Si vous cédez un peu de contrôle, vous obtenez néanmoins en retour l’accès à un réseau et des conseils certainement précieux. Cela implique un peu de paperasse mais les montants sont aussi 100 fois plus élevés que pour des campagnes de type Kickstarter. Le crowdfunding peut aussi être considéré comme une première étape vers plus de financement. Si vous souhaitez établir un capital-risque dans le futur, la vitrine que vous vous créez en lançant une campagne de crowdfunding est souvent un argument pour les investisseurs en capital-risque puisque cela démontre votre capacité à convaincre une audience de la validité de votre projet.

  • Qu’en est-il des business angels et du capital-risque?

Les business angels sont généralement ceux qui investissent dans des jeunes start-ups prometteuses à forte croissance au début, quelques centaines de milliers d’euros puis sont parfois suivis par des fonds en capital-risque au cours des “rounds” qui suivent.
En 2017, les fonds en capital-risque ont investi 85 milliards de dollars dans des business créés par des hommes, contre 1,9 milliards de dollars pour les femmes entrepreneuses. On a donc encore du boulot! A nous de les convaincre de financer notre business… Avec le capital-risque, le but des investisseurs est évidemment d’avoir un retour sur investissement.

Cela implique d’avoir des actions rémunératrices et souvent une place au conseil d’administration pour contribuer aux décisions de l’entreprise. Avant de présenter votre projet d’entreprise ou votre entreprise deja établie à des fonds en capital-risque, assurez-vous de préparer votre argumentaire quant à la direction que vous envisager pour votre projet, le potentiel de votre marché, sa portée, la somme précise que vous demandez et à quoi celle-ci correspond en détail.

À vous de voir quelle source semble la plus adaptée pour financer votre business et surtout à l’étape dans laquelle vous vous trouvez. Vous pouvez le faire ! C’est parti !


Soyez douces avec vous-mêmes

Voici un sujet très personnel que celui de choyer sa santé mentale . L’idée a le vent en poupe et c’est tant mieux. Loin de nous l’idée de la galvauder. Notre mot d’ordre : soyez douces avec vous-mêmes !

Pour vous, pour tous

Notre postulat aujourd’hui est de dire que votre santé mentale, votre épanouissement personnel, votre estime de vous-mêmes importent. Oui, pour vous, avant tout. Mais aussi pour nous, en tant que communauté. Et pour tous, à l’échelle de l’humanité. 

Indulgence

En tant que femmes qui se bougent, vous avez sans aucun doute été confrontées à des obstacles sur votre chemin intra ou entrepreneurial qui suscitent de vives remises en question professionnelles et/ou personnelles, qui éveillent cette petite voix qui incite à tout lâcher. C’est à ce moment-là que nous vous encourageons à ne pas vous auto-flageller. Vous avez le droit d’avoir des jours sans, ils ne vous définissent pas ! On vous connaît, l’auto-critique va bon train. Un peu de douceur et de compassion avec votre juge le plus sévère, vous-mêmes !

Rayonnement

En effet, quand vous êtes bien dans votre peau et partagez un message positif, celui-ci résonne et contribue au bien commun. Soyez douces, clémentes, patientes avec vous-mêmes, vous êtes précieuses et plus vous faites attention à vous, plus cela rayonne autour de vous ! Nous ne parlons pas d’égocentrisme ici mais de faire attention à soi. Acceptez vos moments sans, il n’est pas question de se forcer à être positives non plus ! C’est fou que nous n’ayons pas de mot pour self-care en français mais de longues périphrases…

Energie

L’idée, c’est que plus vous allez bien, plus vous avez l’énergie de déplacer des montagnes, plus vous êtes gonflées à bloc, dans une énergie sereine. Certes, nous pouvons aussi redoubler d’énergie, énervées, mais il est préférable que celle-ci soit orientée vers la construction ! 

D’ailleurs, si le syndrome de l’imposteur vous guette et que vous vous demandez à quoi bon, rappelez-vous que sans les optimistes qui se sont un jour lancés des défis fous, il n’y aurait pas eu de grandes inventions, de récoltes que l’on attend des saisons entières ni de cathédrales érigées des siècles plus tard !


Les supers pouvoirs d'une communauté de copines

N’est-ce pas fascinant de voir d’autres femmes réussir ? Et n’est-ce pas encore plus exaltant quand ce sont nos amies, notre communauté de copines ? Les voir rêver en grand, faire des plans sur la comète, suivre leurs rêves et se battre de tout leur être pour les voir se réaliser donne des frissons !

Chez Hey Les Copines, nous sommes persuadées que se sentir bien avec soi-même est la première étape pour s’épanouir au sein d’une communauté. Il existe bien sûr des communautés-refuge qui permettent de se retrouver en tant que collectif, d’apporter du soutien, d’aider à définir notre identité ensemble et nous sommes ravies si nous pouvons éveiller en vous un sens de la communauté.

Se soutenir

Nous pensons que se soutenir entre femmes et se sentir faire partie d’être une communauté est infiniment gratifiant et encourageant. La priorité est pour nous de contribuer à votre développement personnel individuel, pour rayonner ensuite collectivement, inspirer d’autres femmes et partager vos enseignements !

Sachez que vous comptez et qu’il est important d’en avoir conscience ! Vous êtes au centre d’une jolie toile de femmes qui bougent et nous souhaitons tisser ces liens ensemble.

Nous voulons vous montrer les meilleures versions de nous-mêmes. Non, pas forcément les versions pailletées, édulcorées, mais les meilleures versions dans le sens où nous souhaitons partager des parcours de femmes vrais, avec nos réussites et nos échecs, toute notre bienveillance et volonté de bien faire.

S’entraider

Au travail notamment, une copine dans ce contexte contribue à nous donner confiance, stimuler notre sens de la collaboration et ainsi nous tire vers le haut. Avoir des amies sur la scène sur laquelle on s’évertue à réaliser nos projets permet non seulement de se serrer les coudes mais aussi d’amplifier les voix les unes des autres. Savoir que nous avons un binôme ou une communauté qui nous ressemble dans le cadre de notre travail ou des projets que nous entreprenons décuple le sentiment d’appartenance au projet, à l’entreprise etc…

Partager les opportunités

Un groupe d’amies solide ou un groupe comme le nôtre est un vivier pour le partage des savoirs, des compétences et des bons tuyaux! On se retrouve aux aguets les unes pour les autres dans une dynamique d’entraide et de solidarité intrinsèque. Cela apporte aussi du recul, un sens de la perspective qu’on n’aurait pas spontanément toute seule.

Se tenir mutuellement responsables pour avancer

Partager nos objectifs ensemble, le fait de les verbaliser ou les communiquer par écrit implique la communauté à qui ils ont été transmis. Il importe alors à la communauté d’amies de voir ces buts se réaliser, chacune se sent concernée, intéressée par le chemin ou les accomplissements des autres dans un élan commun. L’aventure entrepreneuriale peut s’avérer rude, et pouvoir compter sur le soutien d’amies, dans l’aventure elle-même ou en soutien extérieur, apporte cette impulsion, ce souffle pour continuer à avancer.

Une communauté d’amies qui se sent concernée par notre projet permet d’éviter les écueils de la procrastination, nous rappelant à l’ordre si jamais on perd notre but de vue temporairement.

Vous n’êtes pas seules !

Miami Entre Copines

Miami, Magic City, Vice City, paradis ensoleillé du bling et du tape-à-l’œil… Et si on vous avait trompé tout ce temps ? Certes, Miami Beach répond bien à cette représentation dénudée et ostentatoire de ses habitants. Si l’animation et les couleurs sont des critères à retenir sans hésitation, c’est un autre Miami entre copines que je vous propose.

« L’antre du luxe – fête – et volupté »

A Miami, le sexe fort a la vie douce et la compagnie féminine offre aisément champagne et festins de sushis.  Les boîtes de la Beach ont de quoi vous gâter chaque jour de la semaine, que ce soit le Mister Jones, le SLS, le Story, le LIV, le Baoli ou le Nikki Beach ! Tristement, c’est rarement votre cerveau qui vous ouvrira les portes de ces clubs… Si vous aimez les paillettes mais apprécierez un charme moins tapageur : le Faena Hotel, Sugar Brickell ou le Barsecco pourraient vous séduire. Enfin, ce luxe dérisoire est attrayant, mais il existe un autre Miami entre copines à découvrir…

« Trop de bling pour nous »

Suivez-moi hors des sentiers battus et atterrissez sur un bateau, sur une île, dans un jardin secret ou sur un rooftop  pour onduler sur de la deep-house. Un seul mot d’ordre, l’ouverture d’esprit ! Vous n’aurez aucun problème à rencontrer du monde. Les gens sont avenants, le contact est facile. Parlez de vos goûts, ils vous le rendront. La plupart de ces évènements sont gratuits à condition de consolider ce petit réseau d’initiés. Consultez Speaker Box Productions et Un_mute events sur Facebook :slightly_smiling_face:

« Encore de l’électro ? »

Pour les amateures de Disco Funk, Motown et autres oldies, le bar ouvert Gramps est incontournable. Sans prétention, on y vient pour danser sur le patio, un cocktail à la main, puis sur le sol pour exécuter des pas endiablés sur les Jackson 5. Une ambiance rafraîchissante et un vrai retour aux sources. Avide de créer le décalage, Gramps dispose d’une deuxième salle à tendance plus électro et minimale où l’on se plaît à admirer des performances VJ-ing geek et psychédéliques. Le bar propose des projections, conférences, lectures de poésie, jeux et autres débats tout au long de la semaine. Mon petit doigt me dit que le Dirty Rabbit est la nouvelle place-to-be en 2020.

« Palmiers et healthy farniente »

Réveillez-vous d’abord avec un cafecito, le café sucré cubain servi en shots dés à coudre ! Loin des burgers et du boum-boum des grandes artères (pas toujours déplaisant), promenez-vous le long de la marina de South Pointe, entre verdure, océan et condos de verre. Peut-être apercevrez-vous des dauphins, ou au moins des poissons multicolores pour les plus malchanceuses !

Fortes de cette balade à Miami entre copines, arrêtez-vous chez Pura Vida pour un smoothie régénérant, le rendez-vous des aficionadas de la vie saine. Trouvez ensuite la minuscule porte de Myceviche au détour d’une auberge! Arrêtez-vous Under the Mango Tree où vous serez littéralement accueillies par un manguier en plein milieu du petit café. Le Love Live Café à Wynwood est également très en vogue pour les options vegan, kombuchas et autres açai bowls qu’il propose. Plus au Sud, il y a enfin Earth Miami tenu par notre copine Valentina Colman qui cuisine bio et généreusement!

« Une adresse favorite? »

Bodega est une pépite indémodable depuis 2015. Un mur peint appelle le passant qui se retrouve devant un food truck en aluminium vendant des tacos goûteux à bas prix. Une porte grossièrement taguée indique « baños ». Nul n’est prêt de se douter que celle-ci ouvre en réalité sur un bar lounge et cosy proposant d’excellents cocktails maison. La taqueria se transforme la nuit en endroit branché où se réunissent les mannequins les plus huppés. L’immense et élégante queue qui se dessine devant ce camion de tacos quand sonne 22h surprend les non-avertis.

« Des bons plans hipsters? »

Doucement avec le « hipster » galvaudé, mais Miami est aussi la ville des plaisirs arty. En veux-tu? En voilà!  Miami héberge  Art Basel pendant une semaine féérique où elle se réinvente, attirant les connaisseurs d’art du monde entier. Elle ponctue aussi l’année de divers happenings qui nous maintiennent en haleine ! Une question s’impose : comment prendre l’apéro dans un musée de Miami entre copines?

  • L’Art Walk à Wynwood! Déambule au milieu de la plus grande concentration de fresques murales – ou graffitis – au monde. Fais la tournée des galeries d’art contemporain qui t’offrent du vin à chaque stop, après une escale food truck, entre empanadas et arepas de maïs cubaines et popsicles new-yorkaises. Wynwood est LE quartier en vogue, même Vogue en parle ! Vous deviendrez en quelques mois expertes des œuvres d’Obey, Maya Hayuk ou même de la française Kashink et ses fameux Fifty Cakes of Gay. Votre œil aiguisé saura aussi reconnaître un mur transformé du jour au lendemain !

  • Les Meet Up du Bass Museum : rien de tel qu’une nuit des musées à Miami à contempler les photos de Peter Marino un cocktail à la main.
  • Les dimanche du Jorge Perez Art Museum, eux, sont ponctués d’ateliers en plein air donnant vue sur la baie et la skyline de Miami Beach. Le programme idéal ? Un petit tour du musée, une carte postale design achetée à la boutique, à rédiger sur un hamac-balançoire faisant face à la baie, le tout couronné d’un verre de vin. Le petit plus : l’accès est gratuit pour ceux arrivant un metro-mover, ce sky train qui traverse Downtown Miami. Double bonus !

« Où loger? »

Mon conseil : prenez un Airbnb à South Beach pour être au cœur de toute l’activité et arpenter Miami entre copines, à 3 blocs de la plage, dans une maisonnette coquette de type cubain, à 8 min de la musique à tue-tête. Rares sont les boutique hôtels tant priment le luxe imposant ou le style Art Deco rétro d’Ocean Drive. Il ne faut pas nier qu’il règne un esprit légèrement mégalo à Miami où grandeur et opulence sont de mise.

Le charme se retrouve donc dans des détails de corniches pastel et typographies Art Deco datant des années 1920 à 1960. C’est alors un jeu de dénicher ces perles architecturales et distinguer le vrai du faux. La génération d’hôtels actuels apporte son lot de modernité et de créativité. Entre designs Lewis Carollien de Starck et pureté graphique et minimaliste de l’hôtel Edition designé par Ian Schrager, la crème de la crème de l’architecture et du design afflue vers Miami, re-dessinant progressivement le paysage urbain.

Si l’on ne devait retenir qu’une chose de Miami en 2015, c’est sa capacité à se renouveler et d’être en perpétuel mouvement. Venez et revenez, Miami est multi-facette et les hotspots se renouvellent à n’en plus finir. En témoignent les nouvelles adresses healthy de Miami 2020!

L’article ci-dessus a été mis a jour le 15 juillet 2020.