DES INITIATIVES AU SERVICE DE LA PARITÉ

Avez-vous entendu parler de la loi Copé-Zimmermann? Passée en janvier 2011, il s’agit d’une loi relative à la représentation équilibrée des femmes et des hommes au sein des conseils d’administration et de surveillance des organisations. Ses préconisations se répercutent sur la création d’entreprise et le financement.

Presque 10 ans plus tard, la Charte SISTA x Conseil national du numérique (CNNum) a initié plusieurs actions vouées à réduire l’écart de financement et augmenter la mixité. SISTA est un collectif de femmes entrepreneures et investisseures datant de 2018, promouvant plus de diversité dans l’économie numérique via notamment l’investissement. Le Conseil national du numérique est une commission composée de 17 membres nommés par le Premier ministre et 4 parlementaires, qui questionne notre rapport au numérique et formalise les problématiques associées au niveau national et européen. Depuis cet engagement fort pris par 56 fonds signataires :

  • Il y a désormais 21% de startups fondées par des équipes féminines ou mixtes
  • Si toutefois l’écart de financement entre les équipes fondatrices masculines et féminines existe toujours, il a baissé de 8%
  • 3 fois plus de fonds signataires considèrent la mixité dans les dossiers d’investissements qu’ils reçoivent par rapport à 2019

LA MIXITÉ DANS LA CREATION D’ENTREPRISES

Saviez-vous que 14% des entreprises fondées par des hommes forment des équipes mixtes en 2021, contre 11% en 2019? En revanche, les femmes fondatrices sont 75% à rassembler des équipes mixtes, contre 62% l’année précédente.

Il est également bon de noter que l’écart de financement a tendance à se réduire entre les équipes fondatrices masculines et féminines, bien que 2,3 fois plus de fonds soient encore octroyés aux fondateurs hommes. Cela témoigne des biais inconscients observés dans les premiers tours de financement. En effet, dans les séries de financement plus avancées, une fois que des fonds ont été perçus dans les séries précédentes et donc que les fondatrices ont “fait leurs preuves”, le biais, et donc l’écart, est réduit.

Jessica Apotheker, directrice associée au groupe de conseil en stratégie Boston Consulting Group et chargée de Women@BCG, souligne que ces chiffres sont le fait de la mixité des équipes. Le chemin pour les équipes exclusivement féminines demeure rude. Il est néanmoins intéressant de noter que les startups fondées ou co-fondées par des femmes « rapportent 2,5 fois plus que celles fondées exclusivement par des hommes !»

LE SOUTIEN DES INVESTISSEURS

Pour rappel, les équipes 100% masculines représentent néanmoins plus de 90% des fonds levés et 84% des startups financées en 2020. Avis aux femmes dans la création d’entreprise et le financement!

Bien que les progrès soient effectivement quantifiables, force est de constater qu’il y a également une disparité au niveau des montants levés. En effet, nous ne retrouvons pas en 2020 d’équipes fondatrices féminines ayant levé plus de 100 millions d’euros. Elles sont 2% à avoir obtenu des levées de fonds entre 15 et 50 millions d’euros. Pourquoi? Peut-être qu’une des réponses réside dans le fait qu’il n’y a pas de femmes associées dans 50% des fonds français.

Le poids de l’héritage de cet écosystème se retrouve aujourd’hui encore dans le fonctionnement même des acteurs. La moitié des principaux fonds français ne compte toujours aucune femme « partner » en 2020. Un long chemin reste à parcourir pour briser le plafond de verre et réduire les inégalités d’accès au financement des startups. Est-ce que cela en inspire quelques-unes?

Pas de raison de se décourager cependant, car la part des femmes au sein des équipes d’investissement des fonds augmente lentement mais sûrement. Si l’on reste sur la pente ascendante actuelle, on peut espérer atteindre la parité en 2027.

UNE ÉVOLUTION EN PERSPECTIVE

Le Boston Consulting Group (groupe de conseil en stratégie) a étudié la base de données Crunchbase sur les startups créées et financées en 2019 et 2020 ainsi que les réponses de 41 fonds signataires au questionnaire « SISTA x CNNum ». Cela représente plus de 2000 startups.

Cette méthodologie permet de mettre en évidence 2 évolutions majeures :

  • une amélioration de la mixité dans l’entreprenariat
  • une progression du financement des startups mixtes ou féminines

On note en effet qu’environ 80% des fonds signataires ont mis en place des pratiques d’investissements plus inclusives, 13% . L’impact est d’autant plus grand dès lors que ces bonnes pratiques sont adoptées car cela tend à créer un effet domino et rayonner sur tout l’écosystème.

Il reste néanmoins beaucoup à faire en termes de création d’entreprise et de financement. Les écarts de financement entre hommes et femmes entrepreneurs demeurent importants. Espérons que cela progresse à force d’initiative allant dans le sens d’un écosystème plus égalitaire. Grâce à ce travail tendant à réduire les biais inconscients, nous verrons bientôt émerger une nouvelle génération de leaders plus mixtes.                                                                

Retroussons nos manches, c’est à nous de jouer les copines pour changer le paradigme!

Comment financer son business