Nos copines entrepreneuses #23 : Sara de Ma Diabox

Tu as l’idée du siècle mais tu ne sais pas comment la mettre en oeuvre ? Tu hésites à quitter ton job pour te lancer mais tu te poses vingt mille questions ? On a toutes des rêves pleins la tête, on a toutes envie d’apprendre et on a aussi besoin d’inspiration. C’est pour cela que chaque mois nous tirons le portrait de nos copines les entrepreneuses !

Aujourd’hui nous rencontrons Sara, la fondatrice de Ma Diabox, la première box pour les diabétiques de type 1 et 2 ! Destinée aux copains et copines atteints pour les aider à mieux vivre leur diabète au quotidien.

C’est parti pour les coulisses de Ma Diabox …

Bienvenue Copine ! On est très contentes que tu viennes parler de ton projet, ce n’est pas quelque chose de courant, peux-tu nous raconter comment tu as eu le déclic ?

Tout d’abord je vous remercie de m’accorder cette interview. MA DIABOX est né d’un constat : étant diabétique depuis 5 ans, je me suis rendue compte à quel point cette maladie pouvait-être un poids voire un frein au quotidien. Il n’est pas toujours facile de coordonner son rythme de vie à la maladie qu’est le diabète. Car oui, contrairement aux idées reçues, le diabète n’est pas seulement une affaire d’alimentation. Nous sommes toujours diabétiques quand nous quittons la table, nous sommes diabétiques 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, sans même ne serait-ce une seconde de répit. C’est un quotidien ponctué de mesures de taux de sucre dans le sang, d’hypoglycémies, d’hyperglycémies, d’injections d’insuline, de stress et de fatigue.

Le fait que le diabète soit une maladie contraignante et sournoise, engendre pour 80% des patients, l’abandon partiel voir total du traitement. Me concernant, j’ai eu le déclic il y a bientôt deux ans, mais pour mieux comprendre je vais vous raconter un peu mon histoire. Il y a quatre ans j’ai été diagnostiquée d’un diabète de type 1.  Cela faisait trois mois que mon quotidien était ponctué par une perte de poids, une soif intense et cette constante envie d’uriner. Mais à ce moment là, j’ai tout simplement mis tout ces symptômes sur le dos de la fatigue, de la perte d’appétit et des examens. C’est donc lors de vacances à l’Ile de la Réunion, lors de la visite d’une vanilleré que mes parents commencent à prendre conscience que ma soif si intense et mon envie d’uriner au moins 3 fois par heure n’est pas normale. Après m’être rendue à la pharmacie, le verdict est sans appel: 5,96mg/dl s’affiche, je suis bel et bien diabétique du haut de mes 16 ans.

ma-diabox-sara-ghazlane-entreprendre-4

À ce moment j’ai su que ma vie allait prendre un nouveau tournant, mais pas celui que j’espérais. Mon quotidien était ponctué par des injections d’insuline, prises de glycémies, hypoglycémie et hyperglycémies. Je me sentais prisonnière d’un quotidien que je n’avais pas choisi mais auquel je n’avais pas d’autres choix que de m’adapter. Les mois suivants étaient très difficiles, je n’arrivais pas à accepter le fait que j’étais diabétique, alors plusieurs fois je suis arrivée à l’abandon partiel voir totale de mon traitement. Et, le fait que le diabète soit une maladie silencieuse et indolore me faisait penser que traitement ou non, rien ne changerai pour moi.

Mais à force de trop jouer avec mon corps, j’ai fini par en payer les conséquences. J’avais totalement perdue le contrôle, et me suis retrouvée face à un bilan sanguin catastrophique. J’ai pris énormément peur, j’avais tout simplement envie de vivre, alors je me suis ré-impliquée dans mon traitement, j’ai commencé à chercher des blogs pour diabétiques, des expériences partagées, des accessoires et produits pour améliorer mon quotidien. Mais je n’ai rien trouvé, alors j’ai commencé à réfléchir, j’ai contacté des endocrinologues, j’ai rejoins l’incubateur de mon école et je me suis lancée. Je savais pertinemment que j’étais le meilleur des pires exemples, mais j’ai appris à faire de ma maladie une force et en créant MA DIABOX, j’ai choisi d’apporter mon aide à ces 5 millions de personnes diabétiques.

ma-diabox-sara-ghazlane-entreprendre-1

D’ailleurs, es-tu seule dans cette aventure ? As-tu des personnes pour t’épauler ?

Oui, officiellement je suis seule dans cette aventure, mais je suis épaulée par ma famille, des médecins, des nutritionnistes et des coachs sportifs.

A quoi ressemble une journée type “au bureau” avec toi ?

Pour le moment, je suis encore en cours, en quatrième année à NEOMA BUSINESS SCHOOL. Je travaille sur ce projet tous les jours, et dès que j’ai un moment de libre je me rends à l’incubateur afin de travailler sur place. Mon ordinateur reste mon plus grand outil de travail !

ma-diabox-sara-ghazlane-entreprendre-5

Comment est élaborée la box du mois ? Vous tirez à pile ou face dans le bureau ou il y a une sacrée logistique derrière tout ça ?

Chaque mois, les abonnés reçoivent une box qui délivre des produits et un livret de conseils. Les produits sont adaptés et procurent au diabétiques une vie casi-normale. Quant au livret, il réunira des conseils élaborés par des endocrinologues, des recettes prodiguées par des nutritionnistes, et des astuces données par des coachs sportifs spécialisés. Une rubrique sera aussi consacrée aux nouveautés et à la recherche concernant la prise en charge du diabète. 

La confection de ces box demandent une certaine organisation, rien ne doit-être laissé au hasard. J’ai mis en place un certain process à suivre afin d’être la plus efficace possible et de façon à ce que les abonnés reçoivent leur box le plus rapidement possible. D’ailleurs la box sera lancée officiellement en Septembre 2018.

Quelle était ta plus grosse peur avant de te lancer ? Comment l’as tu surmontée ?

Ma plus grosse peur était surement le manque d’expérience. J’avais vraiment peur de ne pas être à la hauteur du fait de mon jeune âge, et je ne savais pas par quoi commencer. Je n’avais encore jamais eu de cours d’entreprenariat, alors voilà, j’avais simplement l’impression de me jeter dans le vide !  En revanche, en rejoignant l’incubateur, j’ai été guidée et conseillée par des professionnels. Egalement, le fait d’échanger avec des entrepreneurs m’a beaucoup aidée.

ma-diabox-sara-ghazlane-entreprendre-2

Ça serait quoi pour toi le rêve dans 5 ans ?

D’ici 5 ans j’aimerais réellement que mon entreprise se développe à l’international. Mais ma priorité serait que le diabète soit perçu différemment et qu’il ne soit plus un tabou. Je souhaite que les gens s’épanouissent et prennent leur maladie au sérieux afin d’éviter les complications d’un diabète mal soigné, que tout le monde connait et redoute. Je rêverais d’améliorer la qualité de vie des diabétiques, et ça grâce à MA DIABOX.

Si tu devais donner un conseils aux Copines qui ont peur de se lancer ?

Tout d’abord je pense qu’il est très important de croire en son projet, et ensuite de prendre le risque de se lancer. On peut rester sur un sentiment amer si on ne se lance pas, un sentiment de regret. Alors voilà, si vous avez une idée lancez-vous, vous pourriez être surprise à quel point l’entreprenariat est une belle aventure humaine. Vous apprendrez autant sur le plan personnel que sur le plan professionnel !

 

ma-diabox-sara-ghazlane-entreprendre-6

Merci Sara pour ton témoignage.

Vous pouvez découvrir Ma Diabox  sur www.madiabox.fr

mais aussi sur l’instagram Ma Diabox

ou encore le Facebook de Ma Diabox mieux vivre son diabète au quotidien !

Vous avez aimer notre article ? Vous souhaitez réagir ? Laisser nous vous aussi un petit mot

0

A la recherche de la perle rare ? Entrer votre rechercher et laissez faire la magie

copines entrepreneusesnew-york-off-road-elise-cover